Cherchant à protéger la faune et les forêts contre les braconniers, le gouvernement tanzanien prévoit de passer de stratégies civiles à des stratégies paramilitaires de protection de la faune, visant à doter les gardes forestiers de meilleures compétences dans la lutte contre le braconnage de la faune et des forêts.

Une formation adaptée

La formation spéciale pour impliquer le personnel clé du Ministère des Ressources Naturelles et du Tourisme, transformera le mode de fonctionnement des institutions fauniques et forestières en unités paramilitaires pour renforcer la lutte contre le braconnage.

La formation anti-braconnage pour composer des plans stratégiques du renseignement militaire ciblera la protection de la faune sauvage principalement les éléphants et les rhinocéros vivant dans des zones protégées et ceux qui errent librement dans des zones situées à l’extérieur des parcs naturels, des réserves de gibier et des forêts.

La protection des ressources touristiques par des tactiques paramilitaires touchera également les sites historiques conservés pour le développement du tourisme en Tanzanie.

Le rôle des parcs nationaux

Les parcs nationaux de Tanzanie (TANAPA), la Ngorongoro Conservation Area Authority (NCAA) et la Division de la faune du ministère des Ressources naturelles et du Tourisme sont des unités de protection de la faune contrôlée par le gouvernement qui ont été équipées de cette formation.

Le TANAPA contrôle 16 parcs nationaux, la NCAA opère indépendamment en tant qu’autorité de conservation pour la région du Ngorongoro qui comprend les éleveurs de bétail Maasai, la faune sauvage à l’intérieur et à l’extérieur du cratère du Ngorongoro, et les sites préhistoriques d’Olduvai et de Laetoli.

La Division de la faune contrôle 38 réserves de gibier et zones ouvertes habitées par des animaux sauvages à l’intérieur des frontières de la Tanzanie.

L’acquisition de nouvelles compétences pour lutter contre le braconnage

Le vice-ministre des Ressources naturelles et du Tourisme, M. Japhet Hasunga, a déclaré que plus de 100 membres du personnel civil du ministère des Ressources naturelles ont été formés sur les paramilitaires le mois dernier.

M. Hasunga a déclaré que la nouvelle approche permettrait au personnel inscrit à son registre d’acquérir les compétences nécessaires pour protéger la faune, les forêts et les sites historiques menacés par les braconniers et les vagabonds.

Les membres du personnel de conservation comprennent des gestionnaires de départements clés qui ont récemment suivi une formation paramilitaire intensive dans la région de Katavi, dans l’ouest de la Tanzanie, où le braconnage d’éléphants a été fréquemment signalé, impliquant des braconniers burundais.

Des braconniers toujours mieux équipés

L’introduction de la formation paramilitaire pour les gardes forestiers et les gestionnaires de la faune a été rendue nécessaire par les changements que les braconniers ont appliqués par le biais de communications de haute technologie et l’application d’équipement militaire pour tuer les éléphants et d’autres espèces en voie de disparition.

“La formation paramilitaire englobe un large éventail de compétences telles que la conservation de la faune et de la forêt, l’utilisation appropriée des armes pour freiner les incidents de braconnage ainsi que le leadership et l’éthique “, a déclaré le sous-ministre.

L’infiltration en Tanzanie d’armes militaires, principalement des canons de haut calibre provenant de pays déchirés par la guerre et voisins des régions occidentales de Katavi, Rukwa et Kigoma a été un facteur notoire pour le massacre endémique des éléphants d’Afrique dans ces régions.

Le ministre des Ressources naturelles et du Tourisme, Dr. Hamis Kigwangala, a déclaré plus tôt que le gouvernement tanzanien, par l’intermédiaire de son ministère, a prévu d’introduire la formation paramilitaire dans des unités clés chargées de la protection de la faune sauvage.

Un problème écologique en quelques chiffres

Le braconnage est une menace de plus en plus grave pour la faune sauvage en Tanzanie, en particulier le braconnage des éléphants pour l’ivoire. Le contrôle de ce problème s’est avéré difficile en raison d’un certain nombre de facteurs, notamment la taille même des parcs nationaux et l’absence de limites claires, ainsi que la main-d’œuvre et l’équipement limités pour surveiller et gérer les activités dans les zones de conservation de la faune.

Le dernier recensement aérien de la faune a déterminé que le nombre d’éléphants en Tanzanie est passé de plus de 120 000 au début des années 2000 à environ 50 000 il y a à peine deux ans.

Plus de 17 797 kilogrammes d’ivoire tanzanien illégalement exporté (4 692 défenses d’éléphant) ont été saisis dans les ports d’outre-mer au cours de la même période.

Il y avait 350 000 éléphants en Tanzanie lorsque cette destination africaine a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1961, mais la vague de braconnage intense entre 1970 et 1987 n’a laissé que 55 000 jumbos en vie.

Un récent recensement de l’écosystème de Selous-Mikumi, l’un des plus grands sanctuaires fauniques du pays, a révélé que la population d’éléphants est passée de 38 975 en 2009 à 13 084, ce qui représente un déclin de 66 %.
Une étude récente de conservation de la faune par le Tanzania Wildlife Research Institute (TAWIRI) a indiqué un déclin du braconnage des éléphants. L’étude attribue le déclin du braconnage en Tanzanie à l’application de stratégies paramilitaires impliquant des agents de la faune sauvage.

Des répercussions économiques sur le pays via le tourisme

Les recherches entreprises par des scientifiques du WWF, de l’Université du Vermont et de l’Université de Cambridge ont révélé qu’il y a des pertes économiques que la vague actuelle de braconnage d’éléphants inflige aux économies touristiques basées sur la nature en Afrique.

La recherche montre que les recettes touristiques perdues en raison de la crise actuelle du braconnage dépassent les coûts de la lutte contre le braconnage nécessaires pour stopper le déclin des éléphants en Afrique de l’Est, du Sud et de l’Ouest.