Une étude de la revue Nature a estimé que le tiers des gaz à effet de serre émis dans le monde provient de la production alimentaire.

Divers succulents repas se révèlent aussi polluants que la conduite d’une voiture.

Pour préserver davantage notre environnement, nous devons mieux contrôler ce que nous consommons et modifier certains comportements.

Découvrez dans cet article des conseils avisés pour limiter considérablement l’empreinte écologique de votre alimentation.

1/ Privilégier des produits bio

Nos modes d’alimentation contribuent à alourdir considérablement l’empreinte environnementale.

Privilégiez des articles bio obtenus à partir d’un circuit court optimisé. Ils se révèlent plus savoureux avec des qualités nutritionnelles indéniables. Ils génèrent moins de gaz à effet de serre. Ils se cultivent généralement sans engrais chimiques, herbicides et pesticides de synthèse.

Leur production absorbe moins d’énergie que l’agriculture classique. Assurez-vous qu’ils ne proviennent pas de l’autre bout du monde. Les articles bio coûtent souvent plus cher que ceux conventionnels. Ils restent disponibles au niveau des grandes surfaces. Vous pouvez également en acquérir via ce site de code promo pour profiter d’intéressantes réductions sur vos achats.

Cette plateforme propose des produits de qualité avec des logos AB et le logo européen de l’agriculture biologique.

2/ Réduire la consommation de certaines denrées

Mangez moins de viandes et de produits laitiers pour limiter sensiblement l’empreinte écologique de votre alimentation. Par exemple, l’élevage des bœufs nécessite 20 fois plus de terre que la culture de fèves. Cette activité provoque également 20 fois plus d’émission de gaz à effet de serre.

Privilégiez donc la consommation de fèves plutôt que celle de la viande de bœuf puisque ces deux aliments se révèlent assez riches en protéines. De même, une étude de l’Université de Manchester déconseille de manger des sandwiches à emporter avec bacon, saucisse et œufs.

Ils génèrent environ 1441 grammes de dioxyde de carbone. Cela équivaut au gaz à effet de serre émis par un Honda Civic sur 9 kilomètres. L’empreinte écologique devient plus importante lorsque votre sandwich comporte de la viande rouge.

Un steak de 200 grammes pollue autant qu’un parcours de 50 km en voiture. Enfin, la culture dans des serres exige énormément d’énergie. Cela s’explique par les besoins de chauffage et d’éclairage. Les produits obtenus à partir de cette technique impactent négativement l’environnement avec une empreinte carbone importante. Privilégiez donc les légumes, les tomates et les épices bio.

3/ Préparer vos repas à la maison

repas maison

La cuisine domestique représente un excellent moyen de réduire considérablement l’empreinte carbone alimentaire. Une étude réalisée par l’université de Manchester a démontré que cela évite surtout le gaspillage des vivres. Des scientifiques ont révélé que les restaurants et les professionnels de l’alimentation détruisent plus de 20 % de nourriture lors de la préparation d’un sandwich.

N’hésitez pas à effectuer des recherches sur Internet pour concevoir personnellement vos plats chez vous. De nombreuses plateformes proposent des recettes culinaires assez intéressantes qui vous permettront de manger sainement sans devenir forcément végétalien.

Pensez à les essayer. Vous ferez plaisir à vos palais et réduirez votre empreinte carbone.

4/ Éviter de gaspiller de la nourriture

Selon une étude publiée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, le gaspillage des vivres équivaut à 8 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine. Cette pollution provient essentiellement de la production, de la transformation et de la distribution des aliments.

La décomposition de ces derniers libère du méthane.

Ce gaz à effet de serre se révèle 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Il contribue au réchauffement climatique par sa capacité à retenir la chaleur dans l’atmosphère. Par ailleurs, la réduction du gaspillage des vivres permettrait aux consommateurs de réaliser d’importantes économies d’argent.

Différentes études ont montré qu’une forte proportion d’hommes et de femmes se trouve en surpoids. Selon une enquête de la chercheure Anastasia Veeramani, les omnivores absorbent 20 % plus de calories que la moyenne jugée optimale. Prenez donc vos dispositions pour manger uniquement la quantité de nourriture dont vous avez réellement besoin. Cela fera du bien à votre santé et réduira considérablement votre empreinte écologique alimentaire.

5/ Limiter les emballages

emballages

La grande majorité des emballages jetables concerne le secteur alimentaire. Après la consommation des produits, les déchets se retrouvent dans la nature. Leur recyclage nécessitera forcément davantage d’énergie. Privilégiez donc l’achat d’articles en vrac. Vous pouvez également effectuer vos courses avec des sacs réutilisables.

Renoncez aussi à l’acquisition et l’absorption des boissons sucrées et des sodas. Ils ne fournissent pas de nutriments essentiels à l’organisme. Pire, ils se livrent généralement dans des emballages qui polluent l’environnement. Pensez à réduire les achats de bouteilles d’eau. L’empreinte écologique de ces habitudes de consommation reste assez élevée.

> Lire aussi : des familles 0 déchets partagent leurs astuces avec vous

6/ Consommer des produits de qualité

Mangez des céréales, des lentilles, des fèves, des pois et des haricots secs pour satisfaire vos besoins en protéines. Ces différents éléments se révèlent également riches en protéines. Les nutritionnistes recommandent de prendre des produits céréaliers quotidiennement en lieu et place de la viande.

Ajoutez des oléagineuses à vos plats au moins une fois par semaine. Ces articles indiqués ci-dessus impactent peu l’environnement. Quelques recherches sur Internet vous permettront d’apprendre à les cuisiner. Évitez systématiques les mets pré-préparés. Leur empreinte écologique reste assez considérable.

7/ Prôner les courses de proximité

acheter local

La plupart des usagers aiment bien se rendre dans les grandes surfaces pour espérer profiter des meilleurs prix. Vous y acquérez généralement des produits transformés et sur-emballés. Les fabricants utilisent d’importantes énergies pour les concevoir.

De plus, ces articles proviennent de réseaux complexes de distribution avec de nombreux intermédiaires et des frais de transport considérables. Tous ces éléments impactent négativement l’environnement avec une forte empreinte écologique. Évitez donc systématiquement les chaînes commerciales pour l’acquisition de vos produits alimentaires. Privilégiez les courses dans les magasins de proximité. Approvisionnez-vous dans le marché local. Vous pourrez y aller à pied ou à vélo.

8/ Pratiquer les commandements d’une alimentation durable

Vous pouvez considérablement réduire l’empreinte écologique en modifiant véritablement vos habitudes de consommation et vos principes culinaires. Dans un premier temps, limitez la fréquentation des restaurants, des cafés et autres centres qui proposent des repas prêts à emporter.

Achetez prioritairement de bons produits obtenus à partir de l’agriculture biologique. Bannissez entièrement les viandes et substituez-les aux articles céréaliers de qualité. Approvisionnez-vous localement et évitez souvent les grandes surfaces. Optez pour les aliments peu transformés qui n’ont pas nécessité d’importantes énergies. Limitez les acquisitions de produits emballés.

Privilégiez les conditionnements éco-responsables avec une empreinte écologique insignifiante. Prôner la cuisine domestique pour réduire considérablement les gaspillages de vivre. Renseignez sur Internet pour découvrir des recettes culinaires très intéressantes.

En définitive

Nous pouvons inverser la tendance actuelle et modifier radicalement la réalité. Notre alimentation ne doit plus continuer à mettre en péril la survie de notre environnement. Un véritable changement des mentalités et des habitudes s’impose.

Une sensibilisation des ménages permettra d’enregistrer rapidement des progrès significatifs dans ce domaine. Vous n’avez pas forcément besoin de devenir végétalien pour réussir à baisser considérablement l’empreinte écologique de votre alimentation. Prenez simplement conscience des menaces qui pèsent sur la planète.

Progressivement, vous allez opérer des changements qui contribueront à une meilleure protection de notre habitat commun. Nul n’est de trop pour relever les défis environnementaux.