Le cannabis reste sans doute l’une des cultures les plus sujettes à débat de notre ère. Son utilisation n’a pourtant rien de nouveau, avec des preuves remontant à 3500 avant J.C !

Aujourd’hui légalisé dans de plus en plus de pays (coucou les Canadiens), son usage se fait à des fins récréatives, mais aussi thérapeutiques, sous forme d’huile de chanvre, d’aliment et en tant que médicaments.

Car oui, le cannabis est depuis longtemps utilisé comme médicament, et la science l’a déjà évalué très sérieusement avec plusieurs milliers d’études à son sujet, s’attardant principalement sur un composé chimique bien spécifique du cannabis : les cannabinoïdes, des substances qui affectent les neurotransmetteurs dans le cerveau.

Il incombe à nos neurotransmetteurs (situés dans le cerveau) la tâche de recevoir, traiter et envoyer des informations d’un neurone à l’autre. Lorsque l’on consomme des cannabinoïdes, ces derniers inhibent des protéines réceptrices situées dans tout l’organisme.

Les récepteurs cannabinoïdes font partie du système endocannabinoïde et ont leur rôle à jouer dans l’appétit (pas pour rien que la consommation de cannabis donne la sensation de faim), la sensation de douleur, l’humeur, la mémoire et d’autres processus.

On connait à ce jour environ 80 types de cannabinoïdes, mais il y en a deux qui intéressent particulièrement les chercheurs et vous les connaissez, il s’agit du tétrahydrocannabinol (le fameux THC que l’on retrouve dans le cannabis et qui fait “planer”) et le cannabidiol (CBD).

Ce dernier est plutôt en vogue, beaucoup lui attribuent bon nombre d’effets (anti-inflammatoires et antistress notamment), sans le côté psychotrope.

Le CBD a été mis sur le devant de la scène par des produits dérivés, notamment la fameuse huile de CBD dont nous allons parler aujourd’hui.

Qu’est-ce que l’huile de CBD ?

L’huile de CBD a le vent en poupe, cette dernière est fabriquée à l’aide de chanvre, elle est forte en cannabinoïdes, mais faible en THC, à l’instar de l’huile CBD Corner.

Il suffit de mettre quelques gouttes d’huile de CBD sous la langue. Tenez-le pendant environ une minute avant de l’avaler. Cette méthode permet une absorption rapide dans les muqueuses de la bouche afin qu’elle puisse atteindre votre circulation sanguine et interagir rapidement avec le système endocannabinoïde.

Alternativement, l’huile de CBD peut être ajoutée à l’eau, au jus, au café ou aux smoothies. Il peut aussi être mélangé avec des aliments comme l’huile d’olive, le pesto, les produits de boulangerie et le beurre fondu. Pour éviter que les composés bénéfiques ne soient détruits par la chaleur lors de la cuisson, ajoutez l’huile de CBD aux aliments chauds à la toute fin.

Il suffit de mettre quelques gouttes d’huile de CBD sous la langue. Tenez-le pendant environ une minute avant de l’avaler. Cette méthode permet une absorption rapide dans les muqueuses de la bouche afin qu’elle puisse atteindre votre circulation sanguine et interagir rapidement avec le système endocannabinoïde.

Alternativement, l’huile de CBD peut être ajoutée à l’eau, au jus, au café ou aux smoothies. Il peut aussi être mélangé avec des aliments comme l’huile d’olive, le pesto, les produits de boulangerie et le beurre fondu. Pour éviter que les composés bénéfiques ne soient détruits par la chaleur lors de la cuisson, ajoutez l’huile de CBD aux aliments chauds à la toute fin.

L’huile de CBD est elle légale ?

cbd-avis-fumeur

Bien, ce n’est pas entièrement clair, en fait, les revendeurs profitent actuellement d’un vide juridique pour revendre le cannabis CBD (aussi appelé fleur à fumer) sous toutes ses formes : huile de CBD, herbe ou encore liquide pour cigarette électronique.

On a dernièrement vu s’ouvrir en France un grand nombre de boutiques CBD (un peu comme on avait pu le voir avec le boom des cigarettes électroniques) et ces derniers profitent du fait que la loi est encore peu un peu floue sur le sujet…il est également possible de trouver du CBD livraison France un peu partout dur internet.

Puisque les produits montrent des taux de THC quasi nuls (à hauteur de 0,2% contre 15% dans la “Weed” classique), ils ne sont pas considérés comme psychotropes dont en théorie, pas interdite à la vente..

Reste à voir comment tout cela va évoluer, il est fort probable qu’à force de tirer sur la corde, celle-ci rompe. Mais en attendant, attardons-nous sur les prétendus bienfaits de l’huile de CBD, que les revendeurs clament haut et fort pour booster leurs ventes.

Quels sont les bienfaits de l’huile de CBD ?

bienfaits cbd

Avant d’aborder les potentiels bienfaits de l’huile de CBD, je tiens à préciser ses effets. Il ne sert à rien de vous en procurer dans l’attente de vous faire planer après une journée e travail harassante, puisque le CBD ne “défonce” pas.

Certes, il est issu des plants de cannabis à l’instar du THC, et il active de par le fait les récepteurs du système nerveux, mais il n’a aucun effet psychotrope. Gardez donc votre argent si c’est le seul effet que vous recherchez.

En revanche, il serait doté de vertus thérapeutiques dont en voici 5, plus ou moins approuvées par la science, qui déclare encore manquer de recul sur le sujet.

1. L’huile de CBD comme antidouleur ?

Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que l’on fait face à un végétal susceptible d’atténuer les symptômes de la douleur, rappelons tout de même que l’écorce de saule a inspiré l’aspirine auparavant.

Ici, plusieurs recherches semblent indiquer que le CBD possède un impact significatif sur les douleurs inflammatoires et chroniques.

Chez l’animal tout d’abord en 2006, l’injection quotidienne de CBD semblait réduire la douleur sur une cure de 7 jours. Puis chez l’humain, le Salivex, un vaporisateur composé de CBD et de THC s’est montré efficace contre la douleur causée par la polyarthrite rhumatoïde, la douleur spastique chez les personnes atteintes de sclérose en plaques et chez les patients dont la douleur liée au cancer ne peut être traitée.

Une autre étude scientifique relate ses potentielles propriétés anti-inflammatoires contre le stress oxydatif.

Certains patients rapportent que l’huile de CBD est la seule substance qui calme leur douleur parmi de nombreux antidouleurs. Effet placebo ou non ? La science manque d’évidences sur le sujet, mais c’est en tout cas une piste assez prometteuse.

2. Des propriétés anti cancéreuse prometteuses

Soyons clair, il est absolument hors de question de coller une étiquette de médicament anti cancer sur l’huile de CBD, mais il faut admettre que les études semblent prometteuses.

Le centre de recherche britannique sur le cancer a mis en avant le 25 juillet 2012 un article sur les cannabinoïdes. Quand il était question de savoir si oui ou non ces derniers pouvaient traiter le cancer, l’organisme répondait qu’il ne faisait aucun doute que ces molécules sont intéressantes.

Des centaines et des centaines d’études sont en cours, afin de tester leur effet sur le cancer et d’autres maladies, et aussi d’identifier leurs possibles effets secondaires. Les premières recherches à propos des cannabinoïdes et leurs potentielles propriétés anticancéreuses datent de 1970 !

En 2012, une méta analyse a examiné les recherches disponibles sur la façon dont les cannabinoïdes peuvent affecter les cancers du sein, du poumon, du cerveau, de la thyroïde et du côlon, ainsi que la leucémie, les lymphomes et les tumeurs endocrines. Comme son homologue le THC, le CBD a montré de nombreuses propriétés anticancérigènes, y compris une activité anti-migratoire, anti-invasive et anti-métastatique.

Encore une fois, il faudra bien plus de recherches pour prouver quoi que ce soit, mais le CBD semble être un bon inhibiteur de propagation des cellules cancéreuses, avec pour avantage de pouvoir être utilisé de manière assez sécuritaire, pour une thérapie sur le long terme.

3. Une aide contre la dépendance ?

Nous devons tous lutter avec nos petites addictions : jeu vidéo, sucre, tabac, drogue ou encore pornographie, tous les types de dépendances sont régis par les mêmes processus biologiques qui actionne un système de récompense du cerveau, qui se manifeste par une dose de dopamine ou de sérotonine par exemple.

Lorsque ces stimuli cessent, des symptômes tels que l’anxiété, les troubles du sommeil et la fatigue peuvent faire surface, c’est le manque à l’état pur, qui entraîne souvent la rechute…

Des recherches ont été menées sur la façon dont le système endocannabinoïde peut influer l’état de manque et la dépendance. Ces recherches semblent indiquer que les récepteurs cannabinoïdes contribuent à atténuer la formation d’habitudes tout en réduisant l’excitation des neurones de la dopamine.

En d’autres termes, si paradoxalement, le THC augmente le risque d’addiction, il semblerait que le CDB puisse aider à briser le cycle de la dépendance !

Dans des études réalisées sur des animaux et des humains dépendants à l’héroïne, une dose de CBD quotidienne sur trois jours semble avoir réduit les envies de fumer à une heure, 24 heures et 7 jours après le dernier traitement. De plus, le CBD semble soulager de nombreux symptômes de sevrage en raison de ses propriétés “antianxiété”, analgésiques et antistress.

En 2013, une autre étude a analysé l’effet du CBD sur l’addiction à la cigarette.Pendant une semaine, on a demandé à un groupe de fumeurs désireux d’arrêter de fumer d’utiliser un inhalateur CBD chaque fois qu’ils avaient envie d’une cigarette. Comparés au groupe placebo, les fumeurs ayant consommé du CBD ont réduit de 40 % le nombre de cigarettes fumées pendant le traitement.

Conclusion

Que retenir de l’huile de CBD alors ? Que c’est un produit miracle naturel et sans risque ? Certainement pas, la recherche n’a pas encore assez de recul pour cela, il serait dangereux d’affirmer quoi que ce soit de la sorte.

Sur le plan de la législation, on ne sait pas non plus sur quel pied danser, est-ce une drogue ou non ? Dur à dire, mais ce qui est certain, c’est que le débat n’en est qu’à ses balbutiements. L’avenir nous en dira, soit les législateurs fermeront totalement la porte à ce potentiel traitement et sa vente libre, soit la consommation de cannabis ultra light sera fortement encadrée.

Du côté de la science, il est important de garder à l’esprit que la plupart des études menées à ce jour ont été menées à partir de plantes de cannabis, contenant plusieurs types de cannabinoïdes (pas simplement du CBD), il est donc assez difficile d’isoler les effets du CBD.

Son potentiel reste néanmoins bien là, et la recherche devrait continuer d’aller bon train.

Sources :

  • étude quant à la réduction des douleurs liées aux cancers incurables => https://www.pharmiweb.com/Features/Johnsonetal_2009.pdf
  • méta analyse de 2012 sur le cannabidiol comme potentiel médicament anticancéreux => https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3579246/
  • étude menée sur l’effet du cannaidiol sur la consommation de cigarettes chez les fumeurs => https://www.alchimiaweb.com/blogfr/wp-content/uploads/2015/11/CBDcigarettes.pdf