La montagne vous fait du pied et l’appel est trop fort ? Alors, foncez, partez explorer l’inconnu.

Problème, certains détériorent nos montagnes bien-aimées. Triste et choquant, mais bien pourtant bien réel. Comment ? En jetant les ordures le long de votre chemin, en faisant caca en plein air, en jetant le matériel usagé et j’en passe.

Voici donc quelques conseils que vous devriez suivre pour vous assurer que votre trek ne gâche pas les futures aventures de vos enfants/ petits-enfants.

Choisissez judicieusement vos vêtements de randonnée.

Cela peut sembler une façon étrange de prendre soin de l’environnement, mais les choix de vêtements ont un impact énorme sur l’environnement.

Ne serait-ce déjà que par leur mode de production. Chaque fois qu’un vêtement est fabriqué, c’est synonyme de pollution dans l’air via le processus de fabrication et d’expédition. Alors plutôt que d’acheter ce nouveau haut qui irait trop bien avec ce filtre Instagram au sommet de la montagne, demandez-vous si vous en avez réellement besoin.

Bon, je ne veux pas non plus jouer les rabat-joie, et s’il s’avère que vous avez besoin d’un nouvel équipement de randonnée, recherchez des marques respectueuses de l’environnement, il en existe ! Il y a par exemple randoeco, qui fait de l’equipement de randonnée écoconçu.

Utilisez et réutilisez.

Emportez toujours avec vous des bouteilles d’eau écologiques et réutilisables. Les bouteilles en plastique, c’est un grand NON. Notre consommation de bouteilles en plastique a pris le dessus sur nos océans et nos décharges. C’est tellement décourageant quand on voit à quel point il est simple et facile d’apporter ses propres bouteilles.

N’emmenez que des choses que vous pouvez utiliser et réutiliser. Ne transportez pas de produits non biodégradables, car à une telle hauteur, il resterait au moins 1000 ans avant de se perdre dans les débris.

Évitez d’utiliser des produits en papier.

Utilisez-en le moins possible et surtout, ne jetez pas vos papiers usagés ici et là. Emportez un sac poubelle dans lequel vous pourrez ramasser tous vos déchets en papier et les rapporter (et globalement tout ce qui n’est pas biodégradable). Utilisez bien tous les côtés avant de jeter.

Choisissez des aliments biologiques, savoureux et verts pour vos collations.

N’achetez que des aliments biologiques pour vos randos. Cela aurait de multiples avantages. Non pas que pour l’environnement, mais vous aussi, car les aliments biologiques sont également sains. Malheureusement les supermarchés ont parfois du mal à comprendre que les aliments bio ne devraient pas se retrouver enfermés sous une couche de plastique.

Allez donc chercher fruits, légumes et oléagineux en vrac dans un magasin bio spécialisé.

Restez sur les sentiers.

Bien que la vue hors sentier semble assez proche pour s’y aventurer sans danger, votre détour pourrait conduire à un épuisement de la faune naturelle.

Une personne qui s’éloigne du chemin encourage les autres à faire de même. Cela créera rapidement de nombreux sentiers dans ce qui était auparavant une région de l’arrière-pays.

Par ailleurs, le fait de contourner des plaques boueuses les élargit rapidement. Préparez-vous correctement en choisissant de bonnes chaussures de rando afin de pouvoir marcher avec confiance au milieu du chemin, boue ou non.

Cela aidera à prévenir l’érosion et à maintenir une couverture végétale plus sûre.

Creusez pour vos déchets !

Je sais bien qu’il va vous falloir répondre à l’appel de la nature. Mais le moins que vous puissiez faire est de creuser une petite fosse dans une zone sablonneuse, y faire ce que vous avez à faire, puis recouvrir pour que mère Nature puisse y planter un arbre.

Vous pouvez également déverser tous les déchets biodégradables dans une petite fosse afin qu’ils puissent être transformés en fumier et laisser le reste du travail à notre chère Terre.

Note : Vous ne pouvez pas suivre ceci si vous faites du trekking en milieu enneigé, puisque la neige finit par fondre et l’eau devient nauséabonde et malsaine. Dans ce cas la, il existe des sacs spéciaux en plastique pour laisser votre caca.

Pourquoi seulement un trek écologique, pourquoi pas le voyage complet ?

En respectant la plupart de ces règles, vous allez être en mesure de réduire au maximum votre empreinte carbone pendant votre trek.

Mais il est possible d’aller encore plus loin en songeant à la manière de vous rendre à votre randonnée. Vous pouvez par exemple utiliser les transports publics, ajouter une marche supplémentaire ou louer un vélo dans la région.

Cela ne fera que de renforcer la partie amusante et aventureuse de votre voyage.

Le carburant consommé par n’importe quel mode de transport, qu’il s’agisse d’une voiture, d’un avion ou d’un train, ajoute de facto beaucoup d’émissions à l’environnement. Choisissez une randonnée locale, ou faites du covoiturage avec des amis si vous voulez aller un peu plus loin.

Enfin, souvenez-vous que l’aventure, ce n’est pas juste de se rendre dans de beaux endroits de la planète et s’asseoir au bord d’une montagne. L’aventure c’est aussi de laisser ces endroits magnifiques tels quel, comme si personne ne l’avait jamais visité, pour que ceux qui passeront derrière vous puissent bénéficier du même sentiment.

Comme on dit : “Nous voyageons d’abord pour nous perdre ; puis pour nous retrouver.