Dans les années 1980, avant même que le terme ” naturel ” ne soit utilisé à tort et à travers, une entreprise pionnière, Crystal, a développé un déodorant à partir d’un morceau de sel minéral de source française qui ressemble à un cristal et désodorise sans produits chimiques nocifs. Bien qu’il n’ait pas de suite remporté le succès mérité, il est de plus en plus remis sur le devant de la scène, pourquoi ?

Bien que la plupart d’entre nous ne veulent pas sentir mauvais, nous ne voulons pas pour autant mettre de toxines sous nos bras, en effet, les produits chimiques contenus dans les déodorants classiques peuvent facilement pénétrer dans la couche cutanée mince et se loger directement dans notre circulation sanguine. La grande majorité des Français utilisent des déodorants pour rafraîchir leur odeur et se conformer aux normes sociales, mais en même temps, ils s’exposent à toutes sortes d’effets secondaires indésirables à cause de ces produits chimiques.

Quelques chiffres :

  • chaque jour 327 000 déodorants sont vendus en France soit quelques 173 000 000 annuels (chiffres de 2015)
  • c’est un marché de près de 500 000 000€
  • on compte près de 250 références dans les rayons

Les déodorants standard sont-ils vraiment mauvais ?

Eh bien, la plupart des déodorants/antitranspirants contiennent ce qui suit.

Aluminium

L’aluminium est un ingrédient qui obstrue les pores pour prévenir la transpiration. L’exposition à l’aluminium a été associée au développement de la maladie d’Alzheimer et elle est également connue pour interférer avec les niveaux d’œstrogènes. Lorsque votre corps ne peut pas traiter l’œstrogène correctement, vous avez un plus grand risque de développer un cancer du sein ou de la prostate. Cela suffit à expliquer l’engouement autour des déodorants sans aluminium.

Reconnaître l’aluminium dans son déodorant, si celui-ci contient un des ingrédients suivants : chlorhydrate d’aluminium, sels d’aluminium, alun potassium, alun d’ammonium ou tout ingrédient dont le nom commence par alun, faites next !

Les Parabens

Les parabènes sont un type de produit chimique contenu dans de nombreux cosmétiques, utilisé comme agent de conservation, mais ils sont l’un des additifs les plus nocifs existants.

Ils ont été associés à des effets secondaires aigus et chroniques comme des réactions allergiques, des perturbations hormonales et une toxicité pour la reproduction, et ils peuvent également contribuer à l’incidence croissante du cancer du sein.

Le Triclosan

Le triclosan est un biocide massivement utilisé dans les produits de notre quotidien, il est classé comme étant un pesticide, mais la plupart des déodorants de marque en contiennent.

Il est utilisé pour tuer les bactéries dans le processus de fabrication, ainsi que lorsqu’il entre en contact avec votre peau. Des études ont montré que le triclosan modifie la régulation hormonale et contribue au problème mondial des bactéries résistantes aux antibiotiques. D’autres recherches ont établi un lien entre le triclosan et la prise de poids, la réponse inflammatoire, les allergies et le dysfonctionnement de la thyroïde….pas terrible !

Le Propylène glycol

S’il est utilisé tous les jours, ce produit chimique est reconnu pour causer des dommages au système nerveux central, au cœur et au foie.

On a également constaté qu’il provoque une irritation cutanée, en particulier chez les personnes ayant la peau sensible. Le propylène glycol peut être nocif à un pourcentage aussi faible que 2%, mais la plupart des déodorants en contiennent jusque 50% !

TEA & DEA

Le TEA signifie triéthanolamine tandis que le DEA signifie diéthanolamine. Les deux réagissent de manière à créer une base pour un nettoyant, mais les deux peuvent être toxiques lorsqu’ils sont absorbés dans le corps sur une longue période de temps. Le TEA a été associé à des réactions allergiques et le DEA à des lésions rénales et hépatiques.

Notez que ceci n’est qu’une shortlist, beaucoup de déos contiennent bien plus de produits chimiques/nocifs…ai-je besoin d’en dire plus ? Avec ce constat, pas étonnant que les antitranspirants à la pierre d’alun fassent un Côme Bach tonitruant.

Mais qu’est-ce que ces déodorants naturels fonctionnent réellement ?

antitranspirants bio

La pierre d’Alun ne date pas d’hier, elle est utilisée depuis l’Antiquité, et ce dans plusieurs régions du monde, notamment en Asie et en Amérique du Sud. C’est un sulfate composé d’aluminium et de potassium qui se présente sous forme de minerai transparent et possède des vertus astringentes et hémostatiques. On en synthétise aussi à base de sulfate d’aluminium et d’ammonium, on l’appelle dans ce cas “Ammonium alun“. Enfin, surfant sur la tendance, certaines marques n’hésitent pas à revendiquer leurs produits en spray “à base de pierre d’alun”.

Également appelées “pierres déodorantes“, elles ciblent la source bactérienne des mauvaises odeurs sans inhiber les processus naturels de régulation de la peau, dont la transpiration et la régulation de la température. Leur utilisation n’obstruera pas vos pores et ne laissera aucun résidu ou sous-produit toxique. Il ne marque pas les vêtements, et une seule application peut durer toute la journée.

Tout a commencé au début des années 80, lorsque le fondateur Jerry Rosenblatt vendait des accessoires de mode français pour payer ses études de droit. Il déclara : “J’ai pris connaissance d’une usine en France qui produisait de gros blocs de sel minéral naturel pour la purification de l’eau – et ils pouvaient aussi être utilisés pour combattre les bactéries qui causent l’odeur corporelle“. Alors, sentant une opportunité, il a demandé s’ils pouvaient lui fabriquer des morceaux de sel pour qu’il puisse les revendre aux États-Unis. À leur arrivée, ils ont été poncés, polis et emballés. Alors qu’ils ressemblaient à un rocher ordinaire, ces “rochers” étaient tout sauf ordinaires.

Tout ce que vous avez à faire est de mouiller la “roche” et de la lisser sous votre bras comme un déodorant standard, en laissant un film de sel invisible à la surface de votre peau. Comme nous l’avons déjà mentionné, cela ne vous empêchera pas de transpirer, mais il aidera à garder les microbes générateurs d’odeurs à l’écart.

Bendel les a d’abord vendues en plaçant une annonce dans le New York Times. Ils fonctionnaient si bien que l’inventaire était épuisé dans les 24 heures suivant la parution d’une annonce. Finalement, presque tous les magasins haut de gamme du pays vendaient ce déodorant Crystal, de Bullocks Wilshire à Los Angeles à Macy’s à New York.

Alors la réponse à la question “est ce que ça marche ?” est un oui, à condition de l’appliquer correctement. Dès que vous sortez de la douche, vous devrez mouiller la surface de la pierre déodorante et la frotter généreusement sous vos aisselles sèches et tout autre endroit que vous aimeriez désodoriser.

Cela crée un environnement hostile aux bactéries puantes avant qu’elles n’aient eu la chance de se rassembler. Si vous avez besoin de réappliquer entre les douches, vous pouvez simplement passer une boule de coton imbibée d’alcool sur la zone pour vous débarrasser de toutes les bactéries, puis appliquer le déodorant à nouveau. La clé est de s’assurer qu’il n’ y a pas de bactéries chaque fois que vous l’appliquez, vous devez donc toujours vous assurer que la zone est complètement propre. Le gros avantage de ce déodorant naturel : il est peu cher !

Attention tout de même

Les déodorants à la pierre d’Alun ne sont peut être pas la solution, du moins, peut être pas pour tout le monde. Beaucoup ont des peaux qui ne les supportent pas et sont victimes de rougeurs et de démangeaisons à la suite d’une application. Ces effets indésirables peuvent survenir quelques jours après le traitement, voir semaines. Dans ce cas, stoppez net le traitement, et passez une crème apaisante.

Aussi, vous aurez sans doute noté une petite contradiction, alors que l’aluminium trône sur la liste des composés nocifs dont on veut se séparer quand on fait le choix d’un déodorant naturel, on le retrouve dans la Pierre d’Alun, logique ?

Pas vraiment en effet…

Osma, fabriquant historique de Pierre D’alun en France affiche très clairement : “nous n’avons jamais caché la présence d’un sulfate d’aluminium dans la pierre d’alun naturelle

Avant d’ajouter pour se montrer rassurants :

On est assuré d’avoir une teneur en aluminium au moment de l’application de la pierre mouillée sur la peau inférieure au seuil de 0.6% préconisé (…) la charge ionique négative de l’alun de potassium et sa structure moléculaire particulière font qu’il ne peut être absorbé par les cellules de la peau, ce qui le rend absolument inoffensif, contrairement à d’autres composants d’aluminium parfois utilisés dans les antitranspirants usuels

On est soulagé ? Qui sait…les études ont été réalisées en interne, donc soit on croit ce fournisseur sur parole, soit on se fie à d’autres études externes, mais malheureusement à ce sujet, il n’existe pas grand-chose.

Ce que l’on sait pour sûr, c’est que l’aluminium, que l’on utilise est susceptible de franchir la barrière cutanée, et ce que l’on fasse usage d’un antitranspirant avec du chlorohydrate d’aluminium ou d’une pierre d’alun. On sait aussi que l’aluminium utilisé en petite quantité n’est pas nocif, car éliminé par le corps à condition d’avoir des reins fonctionnels

En conclusion, l’impact d’un déodorant à la pierre d’Alun reste minime comparé à ce que l’on ingère au quotidien dans notre environnement, et la pierre d’Alun vaut sans doute mieux que n’importe quel déodorant du commerce, mais rappelons-nous que ce n’est pas parce qu’elle est issue de la nature qu’elle est sans danger…

Peut-être que la solution idéale se trouve ailleurs, comme de fabriquer son propre déodorant maison, ou d’accepter de sentir des aisselles ! Peut on vivre en bonne santé et sentir bon sera peut être le thème d’un prochain article !

Source : https://www.lexpress.fr/styles/beaute/pierre-d-alun-la-fausse-bonne-idee-en-matiere-deodorant-naturel_1701913.html